Cinéma

Dernières Paroles (17 minutes, 2017)

Dernières Paroles est le premier court-métrage pour lequel j’ai monté une équipe, composée de neuf personnes, et cherché des financements. Il raconte l’histoire de Kali, une jeune femme née au sein d’une communauté qui a décidé de vivre dans la forêt, à l’écart de la société. Un jeune homme venu de la ville, symbole incarné de sa curiosité pour le monde moderne, cherche à l’attirer vers les routes goudronnées et la lumière des lampadaires.

Dernières Paroles raconte l’histoire d’une impossibilité : celle de vivre différemment, de croire aux alternatives, d’échapper au système dominant.

Un roi sans divertissement (9 minutes, 2018)

Court-métrage réalisé à Bogotá, durant mon échange universitaire à la Universidad Nacional de Colombia. Il s’agit d’une adaptation libre du roman de Jean Giono dans laquelle « le roi » devient un jeune européen ennuyé par sa routine d’homme privilégié. Son obsession pour le meurtre et le sang devient sa seule source d’émotion.

De la couleur de l’obsession (7 minutes, 2016)

En 2015, j’ai filmé un total de 524 vidéos à l’aide d’un caméscope de poche. De la couleur de l’obsession est un exercice de montage et d’écriture de voix-off à partir de ces images et des motifs récurrents que j’ai pu y trouver en les visionnant.

Hors-champ (5 minutes, 2013)

Hors-Champ est un projet sur lequel j’ai travaillé avec Alexandre Caretti lorsque nous étions au lycée, le but était de réaliser un court-métrage en un week-end. Il raconte l’histoire d’un patient dans le déni vis-à-vis d’un vol qu’il a commis. Pour éviter d’avoir à affronter la réalité, il accuse différentes facettes de sa personnalité.

A la fleur de la jeunesse (22 minutes, 2014)

A la fleur de la jeunesse est le premier court-métrage que j’ai réalisé en dehors du cadre scolaire. C’est un projet co-réalisé avec Alexandre Caretti lorsque nous étions en classe de terminale, il a été pensé en binôme puisque nous écrivions chacun la partie correspondante au personnage que nous allions interpréter. Le film s’inspire grandement de ce que nous vivions à cette période-là et traite de l’indécision face aux choix d’orientation (et de vie) à la fin du lycée.

%d blogueurs aiment cette page :